Chapelle de Planté

Foi de montagnards

“ Je suis née en 1683, comme l’atteste la date gravée sur la poutre de mon toit, à l’initiative d’un groupe d’habitants du lieu et des villages voisins de La Frassy, Cheserolles, Darbelley et Chez Carral. Les mêmes qui, en 1684, la construction terminée, se sont réunis une deuxième fois devant un notaire public pour assurer, chacun selon leurs moyens et avec grand sacrifice, un revenu pour mon entretien. Deux siècles plus tard, en 1867, c’est le chanoine Boson qui s’est occupé de ma restauration et de ma décoration, et si je me souviens bien, c’est à ce moment là que ma voute a accueilli les cœurs sacrés et le médaillon de fleurs avec le « Celeste Pélican aux sublimes amours, qui se donne à ses petits et les nourris de ses jours ». Comme un hommage à tous les fidèles au grand cœur à qui je dois d’être ici aujourd’hui.”

ObjetLa chapelle miraculée

Par deux fois, en 1843 et 1918, la chapelle du hameau de Planté a été épargnée par les avalanches, tandis que les maisons construites de part et d’autre étaient emportées. La double protection de sainte Agathe, régulièrement invoquée pour se protéger des catastrophes naturelles et de saint Bernard, patron des montagnards et alpinistes, n’y est sans doute pas pour rien. Vous les trouverez en bonne place sur le retable représentant la Vierge à l’Enfant, accompagnés des saints Antoine, Jean l’Evangéliste, Etienne, Charles Borromée et de deux autres, dont on ignore le nom. Autre hypothèse : son très joli autel baroque, avec colonnes torses et la statue du Père éternel, si flamboyant qu’il aurait à lui seul fait fondre la neige.

Chapelle de Planté
Loc. Planté
Lon. 7.069458°
Lat. 45.640317°
1648 M
Accès