Le clocher de Valgrisenche

Force, constance et bonté

Plus qu’un carillon, une ode à la foi

Huit, c’est le nombre de cloches constitutives du carillon. Cinq ont été réalisées en 1905 par les fonderies Mazzola de Valduggia en Valsesia ; le bourdon a été ajouté en 1928, deux autres cloches en 1967. Quant à savoir laquelle souffla au révérend Edouard Bérard, curé de Valgrisenche depuis plus de cinquante ans (1894-1949), les vers suivants:

“… Mon campanile est roi de force, de bonté
Ne craint ni chaud, ni froid, hiver comme l’été
Nous appelle aux devoirs de plus sainte observance ;
Mon campanile est roi d’admirable constance…”

Ce n’est pas dit dans la chanson !

Le clocher : symbole de la communauté

“ Tel que vous me voyez, solidement campé sur mes pierres de taille, je suis le seul représentant de l’ancienne église, construite aux alentours de 1392. Classé monument historique, j’ai résisté à tout, aux pluies torrentielles, aux jours de grand vent comme au souffle des avalanches. Inébranlable, comme la foi de ceux qui m’ont bâti, profondément attaché à mon territoire, comme les villageois dont je partage le quotidien, solide comme le rocher escarpé de la montagne de l’Aouille qui se dresse derrière moi. Et quand vous viendrez me voir, c’est toute une communauté que vous rencontrerez.
La même qui a participé à ma restauration, dans le cadre du projet Itineras. ”

ObjetUne flèche qui a plus d’un arc

Elle n’a pas été conçue pour ça, mais chaque fois qu’un regard se porte sur elle, il reste accroché. C’est la flèche en forme de pyramide octogonale, divisée en plusieurs sections avec des inclinaisons différentes qui surmonte le clocher. Selon la tradition, cette flèche très particulière aurait été créée avec l’intention d’évoquer la forme de la tiare papale, comme hommage des Valgriseins reconnaissants à l’antipape Clément VII. En effet, c’est lui qui le 5 septembre 1392 avait décrété la création de la paroisse de Valgrisenche.

Clocher de Valgrisenche
Loc. Chef-lieu
Lon. 7.063945°
Lat. 45.630275°
1664 M
Accès